• CREATE

    CREATE

     

     

     

    Je suis une larme née tendre au bout de ses yeux

    Lors d'une nuit morte et enterrée par les cieux.

    Au coin de son regard, là où les rides naissent,

    Là où le temps perdu, lui prend sa jeunesse.
    Sur sa prunelle sèche, coulaient les étoiles

     Comme sur un étang, se posait les pétales.

    Me voici arrivée au bord du précipice

    Dans la longue chute ou ses doigts me précipitent.

    Seule à un pas du vide, seule à un pas du gouffre,

     Seule je vais rouler sur sa joue, sur un souffle.

     Et puis, tomber seule depuis son court menton

    Qui essaya de me retenir un instant.

    Je vais bien m'écraser sur le poing de la Terre

    M'écraser comme un cri qui viendra à se taire.
    Je suis née dans ses yeux mais je meurs à ses pieds ;

    Où elle m'a laissé, je serai piétinée.

    Je suis la goutte qui fait déborder son coeur ;

    Je suis là, sale au sol, lasse, seule et sans soeur.

     Tombée d'un chagrin sec qui pleure sans nuage,

    Mais gronde bien mille orages sur le visage.

     Me voilà allongée à coté d'un espoir

     Celui qui mourra dans la fin de cette histoire.

     Par ses mots, ma bougie, cette fois fut soufflée

    Par sa bouche, la flamme éteinte, l'étouffait.
    J'ai été trouvée morte dans l'un de ses sanglots

    Alors qu'il fuyait la Vie, les yeux ouverts, éclos

     Aux vents agonisants, aux ombres vespérales,

    À un rêve brisé par son ultime râle. 

    C'est sur un chemin bien gris 

    au milieu des crucifiés abandonnés

    , que je me suis mise à sécher.

    Son regard m'a laissé mourir juste orpheline.

    Je veux qu'elle sache en lisant ces quelques lignes :

     « La nuit se termine, ainsi je m'évapore

    « J'aurai mon sépulcre dans la prochaine aurore.

     « J'ai été une goutte qui a séché son coeur.

    - « J'irai au ciel pour qu'il déborde de couleur.

    Je fut le dernier pleurs

    d'une mere pour l'enfant qui se meurt !

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Mars 2017 à 09:36

    Bravoooooooooooooooooooooooo .

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter